La Guilde des Joueurs Arédiens

Forum de discussion des joueurs du pays arédien. Club de jeux de plateaux, jeux de cartes, jeux de rôles & figurines.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mille marches, rapports et communication officielle...

Aller en bas 
AuteurMessage
Pascal
Initié
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 10/10/2017

MessageSujet: Mille marches, rapports et communication officielle...   Sam 23 Déc - 20:06

★•.•´¯`•.•★ ǝxɔǝןןǝuʇǝ so!ɹéǝ. qou uoëן. à q!ǝuʇôʇ.  ★•.•´¯`•.•★
•?((¯°•._.• §åçȟ£ž ǭɥ£ j£ ק£ɥ× çȑ¤ȋȑ£ ț¤ɥț£ çȟ¤§£
ק¤ɥȑ√ɥ ǭɥ’£ȽȽ£ §¤ȋț ƒȑåñçȟ£ɱ£ñț ȋñçȑ¤ÿåβȽ£. •._.•°¯))؟•
010011000110010100100000011100000111001001101111011000100110110001100101011011010110010100100000011001000110010100100000011011000110010101101110011010010
110011101101101011001010010000001101110001001110110010101110011011101000010000001110000011000010111001100100000011101000110000101101110011101000010000001
110011011000010010000001110010011001010111001101101111011011000111010101110100011010010110111101101110001000000111000101110101011001010010000001100011011
001010010000001110001011101010010011101101111011011100010000001110000011001010111010101110100001000000110011001100001011010010111001001100101001000000110
010001100101001000000110110001100001001000000111001101101111011011000111010101110100011010010110111101101110001011100010000001000001011011100111010001101
0010111000001110011011000010111010101101101011001010010000000110010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodalf
Initié
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 03/07/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Jeu 28 Déc - 18:57

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas
Compagnon
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 03/07/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Mer 10 Jan - 13:36

Idea Ceci est un message à l'attention des agents Wakiza, Eiléan, Garin, et Pulsar Idea





Votre rapport concernant votre précédente mission est attendu dans les plus brefs délais.
Merci de l'adresser à Timon Semplar (E-107, B 117) sans plus tarder.
Veuillez utiliser le formulaire B225.
Tout manquement au règlement sera consigné dans vos dossiers.
Passez une agréable journée.


Madeleine Joubi
Secrétariat de M. Semplar





Idea Ceci était un message à l'attention des agents Wakiza, Eiléan, Garin, et Pulsar  Idea
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascal
Initié
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 10/10/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Jeu 11 Jan - 16:22

Service de gestion des nouveaux agents
Formulaire B225

à l'intention de Simon Templar
E107-B 117


Notre première mission nous a amenés à découvrir l'environnement fascinant et exaltant où nous avons pu tenter de faire preuve de nos compétences débutantes, de notre dévouement au service et de notre loyauté.
Accidentellement parachutés loin de notre cible, lors de la seconde guerre mondiale,, nous nous sommes aussitôt heurtés à des adversaires supérieurs en nombre , dont nous avons pu triompher grâce à notre esprit d'équipe et une excellente coordination de nos attaques. Nous avons pu ainsi nous emparer d'un petit véhicule qui nous a permis de progresser en direction de notre lieu de rendez-vous, sans nous faire repérer.
Arrivés à destination, nous sommes entrés en contact aisément avec les résistants locaux, après un court mais efficace débat, avons décidé de tendre une embuscade au convoi transportant le scientifique que nous devions exfiltrer.
Le combat, très rude, nous a amené à libérer le docteur après avoir éliminé une troupe très nombreuse et lourdement armée. Nous avons ainsi repéré un soldat équipé d'une arme d'origine vraisemblablement extraterrestre mais dont nous n'avons pu malheureusement nous emparer. Plusieurs victimes ont, hélas, payé leur tribut à cet exploit dans le camp des résistants.
Notre troupe, remise du choc et des blessures, s'est ensuite dirigée vers la Kommandantur et le laboratoire du scientifique, celui-ci prétendant avoir besoin d'une antidote au poison injecté par les Allemands. Les résistants ont eu le courage de nous épauler en faisant diversion tandis que nous nous infiltrions jusqu'au laboratoire. Le docteur nous avoua alors que l'antidote n'était qu'un prétexte afin de ne pas partir pour l'Angleterre sans sa fille chérie.
Nous l'avons alors autorisé à l'accompagner et nous sommes parvenus à placer les deux fugitifs dans l'avion qui décolla aussitôt.
Après un dernier combat contre un monstre puissant et infernal venu des sous-sols de la Kommandantur, nous avons à notre tour réussi à nous exfiltrer et à rejoindre la base.
Je teins à saluer ici le courage et le parfait esprit dont on fait preuve tous mes camarades lors de cette mission. Nous avons eu ainsi l'honneur de servir la cause de l'Humanité pensante contre la barbarie.
Ma mémoire défaillante (ou ma distraction incurable) et un souci de sécurité absolue m'ont amené à ne citer aucun nom au cours de ce sommaire rapport. Je reste à disposition des autorités responsables pour toute précision supplémentaire que souhaiteraient obtenir nos supérieurs.
Que la culture triomphe de la nuit!
Avec mes plus respectueuses et dévouées salutations.

Centre de formation, le 11/01/2018 (temps terrestre universel)
Agent Eiléan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antoine
Apprenti
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 03/07/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Jeu 11 Jan - 17:25

On peux voir aussi sur le Formulaire B225, une note griffonnée à la hâte :

"A noter que la fille du docteur nous a parlé d'un certain papillon, en nous demandant si nous l'avions vu nous aussi, (nous pensons qu'il est possible que la fille ai 'l'étincelle') "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascal
Initié
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 10/10/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Jeu 11 Jan - 17:29

Remarque fort judicieuse, camarade.
Et pour demain, on fait quoi avec qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas
Compagnon
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 03/07/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Ven 12 Jan - 9:06

Pascal a écrit:
Service de gestion des nouveaux agents
               Formulaire B225

      à l'intention de Timon Semplar
                  E107-B 117


Notre première mission nous a amenés à découvrir l'environnement fascinant et exaltant où nous avons pu tenter de faire preuve de nos compétences débutantes, de notre dévouement au service et de notre loyauté.
Accidentellement parachutés loin de notre cible, lors de la seconde guerre mondiale,, nous nous sommes aussitôt heurtés à des adversaires supérieurs en nombre , dont nous avons pu triompher grâce à notre esprit d'équipe et une excellente coordination de nos attaques. Nous avons pu ainsi nous emparer d'un petit véhicule qui nous a permis de progresser en direction de notre lieu de rendez-vous, sans nous faire repérer.
Arrivés à destination, nous sommes entrés en contact aisément avec les résistants locaux, après un court mais efficace débat, avons décidé de tendre une embuscade au convoi transportant le scientifique que nous devions exfiltrer.
Le combat, très rude, nous a amené à libérer le docteur après avoir éliminé une troupe très nombreuse et lourdement armée. Nous avons ainsi repéré un soldat équipé d'une arme d'origine vraisemblablement extraterrestre mais dont nous n'avons pu malheureusement nous emparer. Plusieurs victimes ont, hélas, payé leur tribut à cet exploit dans le camp des résistants.
Notre troupe, remise du choc et des blessures, s'est ensuite dirigée vers la Kommandantur et le laboratoire du scientifique, celui-ci prétendant avoir besoin d'une antidote au poison injecté par les Allemands. Les résistants ont eu le courage de nous épauler en faisant diversion tandis que nous nous infiltrions jusqu'au laboratoire. Le docteur nous avoua alors que l'antidote n'était qu'un prétexte afin de ne pas partir pour l'Angleterre sans sa fille chérie.
Nous l'avons alors autorisé à l'accompagner et nous sommes parvenus à placer les deux fugitifs dans l'avion qui décolla aussitôt.
Après un dernier combat contre un monstre puissant et infernal venu des sous-sols de la Kommandantur, nous avons à notre tour réussi à nous exfiltrer et à rejoindre la base.
Je teins à saluer ici le courage et le parfait esprit dont on fait preuve tous mes camarades lors de cette mission. Nous avons eu ainsi l'honneur de servir la cause de l'Humanité pensante contre la barbarie.
Ma mémoire défaillante (ou ma distraction incurable) et un souci de sécurité absolue m'ont amené à ne citer aucun nom au cours de ce sommaire rapport. Je reste à disposition des autorités responsables pour toute précision supplémentaire que souhaiteraient obtenir nos supérieurs.
Que la culture triomphe de la nuit!
Avec mes plus respectueuses et dévouées salutations.

                                         Centre de formation, le 11/01/2018 (temps terrestre universel)
                                                                      Agent Eiléan



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodalf
Initié
avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 03/07/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Ven 12 Jan - 9:17

Merci Eiléan ! cheers
C'est quand même bien d'avoir des litérères dans la team ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascal
Initié
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 10/10/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Sam 20 Jan - 17:00

Service de gestion des nouveaux agents
Formulaire B225

à l'intention de Timon Semplar
E107-B 117


Notre seconde mission s’est déroulée en 1982 aux États-Unis. Dans la peau d’agents du FBI, nous nous sommes matérialisés dans un véhicule près de Dorence dans le Kansas. Nous qui rêvions de New-York ! La température est étonnamment élevée, 26 degrés, pour un mois de janvier.
Une jeune fille de quinze ans, Holly Grail, a été trouvée assassinée deux jours après sa disparition. L’aspect le plus étrange de l’affaire est qu’aucune trace suspecte n’apparaît sur son corps mais qu’elle a été vidée de tout son sang. Un examen plus approfondi révèle qu’elle a également une fracture aux deux bras, probablement à la suite d’une lutte. Aucun indice ne nous est fourni par ses parents pas plus que par ceux de son petit ami, principal suspect en raison de sa propre disparition. Nous supposerons ultérieurement qu’il se cache à la suite du drame. La coopération du shérif local, Steve Marshall, nous est acquise mais ne nous avance guère, pas plus que le légiste ni les remarques d’un ornithologue farfelu, passionné par la chasse d’une sorte de Bigfoot imaginaire. Sur le lieu du crime, nous ressentons l’étrange impression d’une utilisation de la magie, les mêmes fourmillements que laisse le transfert d’une marche à une autre. Cette sensation ne nous quittera plus jusqu’à la fin de la mission. Nous percevons, de la même manière, l’image d’un moineau, sans que nous ayons élucidé l’importance, pourtant certaine, de cet indice. Nous observons des traces de rangers, de pointure très conséquente, marquées au milieu d’une plus petite empreinte, ainsi que celles d’un poids lourd et d’une moto.
La radio diffuse systématiquement, lorsque nous nous trouvons dans les environs, une chanson des Clash, même lorsque la station de radio locale a été mise hors service par notre intervention lorsque nous avons constaté que ce lieu était imprégné de l’étrange énergie déjà évoquée. De plus, cette chanson reprend toujours à l’endroit où nous cessons de l’entendre ou de l’écouter, sans tenir compte du temps de l’interruption. Ce phénomène inexpliqué se reproduira tout au long de notre séjour, avec pour seul changement le remplacement par un hit d’Iron Maiden lorsque nous changerons de comté. Nos communications avec les autorités en sont extrêmement perturbées.
Deux jours après, un crime similaire se produit à trois heures de route sur la 70, dans la ville suivante. Le corps présent les mêmes caractéristiques que le premier : exsanguination totale, absence de traces corporelles, deux membres fracturés, bras et jambe pour ce nouveau cas. Nous apprenons cette fois la présence d’un camion noir et d’une moto Harley Davidson de même couleur. Nous décidons de suivre la 70 et de demander à nos patrons du FBI la surveillance de toutes les villes de cette route jusqu’à Denver. Les disparitions et les meurtres semblent se produire avec le même intervalle de temps de deux jours et le même écart de distance entre les lieux du crime.
Une troisième agression, celle d’une prostituée à proximité d’un relais routier, nous permet d’interroger la victime qui, cette fois, a eu la vie sauve. Elle nous apprend que l’assassin est un individu très grand et fort, aux yeux jaunes, à la peau foncée et au ventre bedonnant. Elle a été sauvée par un coup de feu tiré sur son assaillant qui l’a lâchée et s’est enfui. Un motard barbu au casque marqué d’une crois blanche semble avoir été le sauveur de la jeune femme attaquée mais il est reparti lui aussi. Nous reprenons la route au plus vite et demandons un filtrage des véhicules aux abords de Denver ainsi que l’envoi d’un véhicule de patrouille à contre-sens sur la 70. Un peu plus loin, nous rejoignons, sur une petite route divergeant de la 70, le camion noir apparemment abandonné. Peu d’indices s’y offrent à nous : quelques traces de sang (qui confirment que le conducteur a été blessé), une petite chambre à l’arrière avec un coffre-fort (nous demandons l’envoi d’un serrurier) et une cache étroite et vide entre la chambre et la cabine (sans doute pour dissimuler un corps pendant son transport). Nous neutralisons le véhicule puis suivons les traces de moto qui nous amènent à un cimetière de voitures.
À peine entrés dans celui-ci, nous découvrons le cadavre éventré du malheureux motard, dont le journal intime nous apprend que ce prêtre récent (il pensait nécessaire d’utiliser la force exorciste de la religion pour venir à bout de la proie qu’il traquait) poursuivait l’assassin des autres membres de son gang de motards. Tandis que le plus agile d’entre nous escalade un monticule d’épaves rouillées, mon jeune collègue et moi-même avançons prudemment entre les immenses tas de carcasses entre lesquels le monstre se dissimule. Ce dernier surgit alors et s’empare du gamin avant que j’ai pu réagir, s’en servant pour se protéger. Effectuant un roulé-boulé instantané, je parviens néanmoins à loger une balle dans le crâne de l’assaillant sans mettre en danger sa petite victime. La modestie m’interdit de développer plus avant cette prouesse acrobatique. Le monstre s’effondre immédiatement, libérant son otage qui s’échappe. Par un tour de magie, l’assassin cicatrise aussitôt sa boîte crânienne et s’enfuit hors de notre portée. Tandis que notre camarade descend de la pile d’automobiles sur laquelle il s’était juché, mon jeune collègue tente de poursuivre son agresseur tandis que je me dirige vers la sortie du terrain. Le monstre se rend alors invisible puis franchit ce qui nous paraît une porte entre deux marches.
Nous rejoignons l’emplacement du camion où nous retrouvons les policiers ayant conduit le véhicule appelé à notre aide en contre-sens de la 70. Un serrurier ouvre, quelques temps après, le coffre-fort qui révèle des poches de sang dont la présence est plus facile à expliquer que le reste de notre enquête. Les communications radio ont repris normalement et la sensation étrange nous a quittés. L’individu semble bien avoir quitté cette marche à la suite de notre intervention. Nous regrettons toutefois amèrement qu’il nous est échappé.
C’est avec cette amère impression d’échec partiel que nous remontons dans notre véhicule avant d’être instantanément transféré dans les locaux de l’officine où nous attend notre supérieur.
Que la culture triomphe de la nuit!
Avec mes plus respectueuses et dévouées salutations.

Officine, le 20/01/2018 (temps terrestre universel)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pascal
Initié
avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 10/10/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Sam 20 Jan - 17:28

Post-scriptum au rapport numéro deux du 20/01/2018:
Nous rapportons à l'officine un exemplaire de poche de sang trouvée dans le coffr-fort du camion, à toutes fins utiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas
Compagnon
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 03/07/2017

MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   Lun 22 Jan - 10:50

Pascal a écrit:
Service de gestion des nouveaux agents
Formulaire B225

à l'intention de Timon Semplar
E107-B 117


Notre seconde mission s’est déroulée en 1982 aux États-Unis. Dans la peau d’agents du FBI, nous nous sommes matérialisés dans un véhicule près de Dorence dans le Kansas. Nous qui rêvions de New-York ! La température est étonnamment élevée, 26 degrés, pour un mois de janvier.
Une jeune fille de quinze ans, Holly Grail, a été trouvée assassinée deux jours après sa disparition. L’aspect le plus étrange de l’affaire est qu’aucune trace suspecte n’apparaît sur son corps mais qu’elle a été vidée de tout son sang. Un examen plus approfondi révèle qu’elle a également une fracture aux deux bras, probablement à la suite d’une lutte. Aucun indice ne nous est fourni par ses parents pas plus que par ceux de son petit ami, principal suspect en raison de sa propre disparition. Nous supposerons ultérieurement qu’il se cache à la suite du drame. La coopération du shérif local, Steve Marshall, nous est acquise mais ne nous avance guère, pas plus que le légiste ni les remarques d’un ornithologue farfelu, passionné par la chasse d’une sorte de Bigfoot imaginaire. Sur le lieu du crime, nous ressentons l’étrange impression d’une utilisation de la magie, les mêmes fourmillements que laisse le transfert d’une marche à une autre. Cette sensation ne nous quittera plus jusqu’à la fin de la mission. Nous percevons, de la même manière, l’image d’un moineau, sans que nous ayons élucidé l’importance, pourtant certaine, de cet indice. Nous observons des traces de rangers, de pointure très conséquente, marquées au milieu d’une plus petite empreinte, ainsi que celles d’un poids lourd et d’une moto.
La radio diffuse systématiquement, lorsque nous nous trouvons dans les environs, une chanson des Clash, même lorsque la station de radio locale a été mise hors service par notre intervention lorsque nous avons constaté que ce lieu était imprégné de l’étrange énergie déjà évoquée. De plus, cette chanson reprend toujours à l’endroit où nous cessons de l’entendre ou de l’écouter, sans tenir compte du temps de l’interruption. Ce phénomène inexpliqué se reproduira tout au long de notre séjour, avec pour seul changement le remplacement par un hit d’Iron Maiden lorsque nous changerons de comté. Nos communications avec les autorités en sont extrêmement perturbées.
Deux jours après, un crime similaire se produit à trois heures de route sur la 70, dans la ville suivante. Le corps présent les mêmes caractéristiques que le premier : exsanguination totale, absence de traces corporelles, deux membres fracturés, bras et jambe pour ce nouveau cas. Nous apprenons cette fois la présence d’un camion noir et d’une moto Harley Davidson de même couleur. Nous décidons de suivre la 70 et de demander à nos patrons du FBI la surveillance de toutes les villes de cette route jusqu’à Denver. Les disparitions et les meurtres semblent se produire avec le même intervalle de temps de deux jours et le même écart de distance entre les lieux du crime.
Une troisième agression, celle d’une prostituée à proximité d’un relais routier, nous permet d’interroger la victime qui, cette fois, a eu la vie sauve. Elle nous apprend que l’assassin est un individu très grand et fort, aux yeux jaunes, à la peau foncée et au ventre bedonnant. Elle a été sauvée par un coup de feu tiré sur son assaillant qui l’a lâchée et s’est enfui. Un motard barbu au casque marqué d’une crois blanche semble avoir été le sauveur de la jeune femme attaquée mais il est reparti lui aussi. Nous reprenons la route au plus vite et demandons un filtrage des véhicules aux abords de Denver ainsi que l’envoi d’un véhicule de patrouille à contre-sens sur la 70. Un peu plus loin, nous rejoignons, sur une petite route divergeant de la 70, le camion noir apparemment abandonné. Peu d’indices s’y offrent à nous : quelques traces de sang (qui confirment que le conducteur a été blessé), une petite chambre à l’arrière avec un coffre-fort (nous demandons l’envoi d’un serrurier) et une cache étroite et vide entre la chambre et la cabine (sans doute pour dissimuler un corps pendant son transport). Nous neutralisons le véhicule puis suivons les traces de moto qui nous amènent à un cimetière de voitures.
À peine entrés dans celui-ci, nous découvrons le cadavre éventré du malheureux motard, dont le journal intime nous apprend que ce prêtre récent (il pensait nécessaire d’utiliser la force exorciste de la religion pour venir à bout de la proie qu’il traquait) poursuivait l’assassin des autres membres de son gang de motards. Tandis que le plus agile d’entre nous escalade un monticule d’épaves rouillées, mon jeune collègue et moi-même avançons prudemment entre les immenses tas de carcasses entre lesquels le monstre se dissimule. Ce dernier surgit alors et s’empare du gamin avant que j’ai pu réagir, s’en servant pour se protéger. Effectuant un roulé-boulé instantané, je parviens néanmoins à loger une balle dans le crâne de l’assaillant sans mettre en danger sa petite victime. La modestie m’interdit de développer plus avant cette prouesse acrobatique. Le monstre s’effondre immédiatement, libérant son otage qui s’échappe. Par un tour de magie, l’assassin cicatrise aussitôt sa boîte crânienne et s’enfuit hors de notre portée. Tandis que notre camarade descend de la pile d’automobiles sur laquelle il s’était juché, mon jeune collègue tente de poursuivre son agresseur tandis que je me dirige vers la sortie du terrain. Le monstre se rend alors invisible puis franchit ce qui nous paraît une porte entre deux marches.
Nous rejoignons l’emplacement du camion où nous retrouvons les policiers ayant conduit le véhicule appelé à notre aide en contre-sens de la 70. Un serrurier ouvre, quelques temps après, le coffre-fort qui révèle des poches de sang dont la présence est plus facile à expliquer que le reste de notre enquête. Les communications radio ont repris normalement et la sensation étrange nous a quittés. L’individu semble bien avoir quitté cette marche à la suite de notre intervention. Nous regrettons toutefois amèrement qu’il nous est échappé.
C’est avec cette amère impression d’échec partiel que nous remontons dans notre véhicule avant d’être instantanément transféré dans les locaux de l’officine où nous attend notre supérieur.
Que la culture triomphe de la nuit!
Avec mes plus respectueuses et dévouées salutations.

Officine, le 20/01/2018 (temps terrestre universel)




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mille marches, rapports et communication officielle...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mille marches, rapports et communication officielle...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quoi avez vous envie de jouer ?
» Communication team No:2 -Les Biquettes-
» Communication Orale entre nabaztag ami
» [MOC] Chibi de personnage sans figurine officielle
» Invitation officielle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Guilde des Joueurs Arédiens :: Les mille-marches-
Sauter vers: